Review
19.06.05
Spartan
Review by MTB

Revue de presse : Spartan 27, testé par MTB MAG
Texte original et photos par IAN COLLINS de MTB MAG

J’ai eu ce cadre il y a environ un an et demi et j’en ai même fait un topo comme « Dream Bike ». C’était un peu étrange, parce que je n’avais pas pris le temps d’en faire l’essai et que je n’avais jamais possédé de Devinci auparavant. Comme tout le monde, j’ai mes préférences (attributs, géométrie, suspension), mais j’essaie de faire preuve de neutralité et d’ouverture d’esprit. Je cherchais un vélo 27,5 po pour mon usage personnel et j’ai choisi le Spartan, parce les suspensions de Dave Weagle me plaisent en général, et que la géométrie me convenait tout à fait. Donc, voici mon impression du Spartan 27,5 carbone, sans égard aux composants.

Détails

Suspension arrière de 165mm– Suspension avant de 170 ou 180mm (ltd)
Système Split pivot
Ajustement de la géométrie | Flip chip
Compatible pour tiges téléscopiques de 170mm ( ML-XL )
Dégagement maximal des pneus : 2.6″
Moyeux de 148mm
Compatible avec un amortisseur hélicoïdale
Support de batterie DI2 intégré
7.41 Lb
Quatre grandeurs disponible : S, M, L, XL
3999.00$ CAD

La suspension du Spartan repose grosso modo sur un mécanisme à quatre barres, légèrement hors norme, puisqu’il se base sur le Split Pivot de Dave Weagle, où le pivot est concentrique sur l’axe arrière.

Au centre, la robuste bascule (avec relief usiné) active la suspension arrière RockShox Super Deluxe de 205 mm X 65 mm avec fixation trunnion mount. À 165 mm de débattement arrière, le Spartan a l’un des meilleurs ratios de suspension (2.53:1) de sa catégorie.

À l’arrière, il y a assez de dégagement pour des pneus de 2,6 po grâce aux haubans larges et élégants, et aux bases asymétriques.

Savamment disposées à l’arrière du cadre, les pièces de protection en caoutchouc (dont le poids ne posait pas problème) décollaient assez facilement dans les coins, ce qui est un phénomène courant.

Il n’est pas évident à voir, mais il y a un flip chip à la jonction des bases et de la bascule. À l’aide d’une clé hexagonale de 5 mm, on peut, même s’il est difficile d’accès, s’en servir pour régler le jeu de pédalier de 5,5 mm et l’angle de direction de 0,6°.

Élégant, le passage des câbles se fait à l’interne à l’avant et à l’arrière avec des languettes discrètes (faut bien que tout ait l’air propre) qui se vissent dans le boulon de l’amortisseur inférieur. L’entretien était légèrement pénible, puisqu’il n’y a aucune cage de boulon. Autre petit hic : la doublure du boîtier s’usait rapidement comme les câbles passent par de grandes courbes, ce qui, tous les quelques mois, me demandait de réajuster le changement de vitesse.

Le gros protecteur en kevlar et en carbone du tube diagonal est vissé et accueille les batteries Di2. C’est d’ailleurs à peu près tout ce qu’on peut y mettre.

Géométrie/Tailles

J’ai adoré les chiffres du cadre. Comparativement à la plupart des vélos enduro à long débattement avec des roues de taille moyenne (27,5 po), le Spartan affichait l’équilibre parfait : angle de selle prononcé, angle de direction modéré, longue portée et bases assez courtes. Je mesure 6 pieds, et j’ai fait l’essai de la taille L, principalement à la position High (prononcé).

LO P M G TG
ST (MM) 390 420 455 495
SA (DEG) 75.6 75.5 75.4 75.3
HA (DEG) 65.0 65.0 65.0 65.0
TT (MM) 581 605 628 652
REACH (MM) 425 445 465 485
CS (MM) 430 430 430 430
WB (MM) 1176 1200 1224 1249
BBH (MM) 337 337 337 337
SOH (MM) 724 735 739 755
STACK (MM) 606 615 625 634
HT (MM) 105 115 125 135
*GRANDEUR (CM) 160-170 169-179 178-188 187-198
HI P M G TG
ST (MM) 390 420 455 495
SA (DEG) 76.1 76.0 75.9 75.8
HA (DEG) 65.4 65.4 65.4 65.4
TT (MM) 579 603 626 650
REACH (MM) 429 449 469 489
CS (MM) 428.5 428.5 428.5 428.5
WB (MM) 1175 1199 1223 1247
BBH (MM) 342.5 342.5 342.5 342.5
SOH (MM) 730 740 744 760
STACK (MM) 603 612 621 630
HT (MM) 105 115 125 135
*GRANDEUR (CM) 160-170 169-179 178-188 187-198

En sentiers

D’ordinaire, une bonne journée de vélo commence par la grimpe. Même les pros d’enduro doivent pédaler pour atteindre le sommet, d’où ce segment sur la montée. Comparativement aux autres vélos de cette catégorie dont j’ai fait l’essai (Enduro, Jekyll, Nomad, Remedy, Reign, etc.), le Spartan est incroyable en montée. C’est en partie grâce à la position du corps (l’angle de selle aigu transfère le poids vers l’avant) et à sa cinématique. J’ajouterais que les suspensions de Dave Weagle favorisent normalement l’efficacité du pédalage. Cela dit, en raison du grand débattement du Spartan, je ne m’attendais pas à une telle performance. Même si j’utilise rarement le mode « trail », j’ai verrouillé la suspension arrière à l’occasion dans les longues montées où la surface était tapée. Mais je n’ai même pas eu besoin de le faire dans les montées techniques.

Avec une plateforme aussi solide, le Spartan est vif et léger, ce qui n’avait rien pour m’étonner. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est ultra dynamique, mais il ne bronchait pas ou ne cédait pas quand je testais la suspension. L’amortisseur étant super équilibré, j’étais plus à l’aise dans les airs qu’avec n’importe quelle autre bécane que j’ai essayée, à l’exception de mon vélo de descente. J’ai surtout roulé dans la région de Santa Cruz, mais aussi à So Cal, à Bend, à Bellingham, à Sunshine Coast et à Whistler.

Dans les virages, je trouvais que la suspension réagissait comme je le mentionnais dans le paragraphe précédent. Quand on le poussait dans un virage, le vélo ne cédait pas et fonçait en utilisant bien le débattement. Cette situation s’explique en bonne partie par l’excellente progression de la suspension. L’amortisseur n’est pas trop sollicité, car le ratio de suspension est bas. Comme de fait, j’ai utilisé seulement une entretoise de volume, et parfois même aucune. Autrement dit, le ratio gère la progression, contrairement à d’autres vélos, mal conçus, où il faut mettre une tonne d’entretoises pour ne pas talonner… En tout cas, je n’ai absolument jamais atteint le fond, ce qui est absolument stupéfiant. La géométrie aide aussi le Spartan à exceller dans les virages. Le jeu de pédalier est très bas, et j’ai pratiquement toujours roulé à « High ». Je préfère les bases courtes et à 430 mm, elles avaient du mordant dans les virages. Enfin, le cadre est tout simplement génial : il est très léger, étonnamment rigide et bien soutenu par l’arrière-train. On le sent bien d’ailleurs dans les tournants, où l’agencement global optimise l’absorption.

Mais si la suspension est aussi équilibrée qu’on le dit et qu’elle excelle en montée, on a dû couper ailleurs, non? En fait, la suspension contribue grandement à garder au sol l’arrière du vélo au freinage (anti-rise) et il y a pas mal d’anti-pompage (pedal kickback), surtout dans le fond du débattement. Comme prévu, le Spartan a tendance à manquer un peu de finesse dans les sections difficiles. Il n’arrivait pas à absorber les obstacles moyens consécutifs aussi bien qu’un vélo moins racé, mais ultra souple. Je ne dis pas qu’il était nerveux ou quoi que ce soit, mais on sentait l’anti-pompage dans les sentiers très accidentés. Ça vaut ce que ça vaut, mais je serais curieux de voir une suspension à ressort hélicoïdal à l’arrière, histoire de lui donner plus de marge de manœuvre. D’ailleurs, j’aurai la chance d’explorer cette option dans l’avenir, comme mon Spartan d’essai fonctionne encore à merveille.

Côté longévité, les pivots et roulements sont en parfait état, tout comme le Spartan malgré un usage assez intensif. J’ai donné deux petits coups d’air à la suspension arrière qui, par ailleurs, ne montre aucun signe de dégradation. J’ai mentionné quelques problèmes mineurs dans le coin des protecteurs des bases en caoutchouc, mais c’est tout. Il n’y a pas à dire : ce cadre est fait pour durer.


Le verdict

Dans l’ensemble, le cadre m’a beaucoup plu. Il n’est pas donné, comme d’autres grands cadres en carbone. Cela dit, Devinci propose des modèles super intéressants, comme le GX à 5 529 $. À mon avis, le Spartan était beaucoup mieux équilibré que les autres vélos enduro de sa catégorie. Il est vif, raffiné et efficace. Mon petit doigt me dit qu’avec un ressort hélicoïdal et une suspension pneumatique de 180 mm, le Spartan aurait encore plus des allures de rouleau compresseur, si c’est ce que vous cherchez. Cela dit, c’est le vélo idéal dans les sentiers où je roule habituellement. Si, à l’heure actuelle, Santa Cruz, Specialized et YT accaparent toute l’attention, force est d’admettre que Devinci n’a rien à leur envier.