Marshall Carbon
17.30.01
DEVINCI MARSHALL CARBON SLX/XT
Le Marshall dans le prestigieux Bike mag's Bible
Pour décrire ce vélo, un des testeurs a dit: “S’il y a encore des sceptiques sur les 27+, ce vélo saurait les convaincre ». Ce n’est pas donné à tous d’apprécier les caractéristiques inhérentes au pilotage d’un vélo chaussé de pneus de 2,8’’. Mais ce qui distingue le Marshall de bien d’autres de cette catégorie, c’est qu’il a été conçu pour en être 27+, et non modifié pour le devenir.

« Les gros pneus font la même chose que les grosses roues : ils augmentent la capacité du vélo à franchir les obstacles.» notait un testeur. Mais les gros pneus réduisent la vivacité du vélo. Ces deux raisons expliquent pourquoi Devinci a choisi un débattement de 110 mm pour le Marshall. Cette suspension, courte et progressive, redonne au vélo la réactivité et la fougue estompées par les pneus. Voilà l’avantage de créer un vélo du début. Comparez avec la plupart des vélos convertis du 29 au 27+, où vous devez avoir une fourche plus longue pour corriger la géométrie, ce qui fait peu sinon rendre le pilotage moins précis.

La philosophie de Devinci n’a pas échappé au groupe pendant l’essai; un testeur affirmait même que le Marshall était exactement ce qu’il espérait d’un vélo de cette catégorie. En le comparant à d’autres 27+, le vélo est décidément moins avachi, préservant l’identité de la trail. Le Marshall vous offre vraiment les avantages du format plus, comme la traction et le confort, tout en évitant des points négatifs de ce type de vélo.



Le design a toutefois ses limites et il faut composer avec les caractéristiques inhérentes à ces pneus, comme des montées moins réactives. Les testeurs s’entendent pour dire que le Marshall n’est pas aussi rapide que les vélos aux roues standards. L’un d’eux a mentionné sa difficulté à garder son momentum sur un parcours aux enchaînements rapides de montées et de descentes. Par contre, ce qui est perdu en vitesse est largement compensé par la capacité du vélo. Sur des terrains ondulés et lisses, il faut plus d’énergie pour maintenir la vitesse, mais dans les sections techniques, ça demande beaucoup moins d’efforts. Équiper le vélo de roues légères en carbone augmentera sérieusement la vitesse.

Pour la plupart des riders, le Marshall est bien ancré dans la catégorie trail. Le système flip-chip permet au pilote d’ajuster l’angle de direction à 67.3 et 67.7 degrés. Le pédalier s’en trouve aussi modifié, passant de 336 à 343 mm, tandis que l’angle de tube de selle varie de 74.8 à 75.2 degrés. Si vous appréciez les géométries progressives, vous aimerez l’amplitude de la portée du Marshall à 462-466 mm (large) et ses bases courtes de 435 mm.

Questions-réponses en compagnie de Julien Boulais, gestionnaire marketing, Devinci

Quand ce vélo a été lancé, il était connu sous le nom de Hendrix. Vous lui avez ensuite donné le deuxième prénom de Jimi : Marshall. Votre façon de nommer les vélos est plutôt unique. Quelle était l’inspiration derrière ce choix, et pourquoi l’avoir modifié?
En général, on tourne autour des noms de personnages, fictifs ou célèbres. Comme il s’agissait d’une toute nouvelle catégorie de vélo, nous voulions lui trouver un caractère unique alors on s’est tourné vers la musique. Hendrix nous plaisait particulièrement parce que Jimi est mort à 27 ans et demi (27 ans et 295 jours en fait, pour être précis). C’était un match parfait! Malheureusement, d’autres compagnies n’étaient pas du même avis alors on a préféré éviter de potentiels problèmes légaux… On a quand même conservé le lien en choisissant Marshall, et c’est même mieux puisque les gros pneus trouvent une parfaite résonnance dans les gros amplis…

Nous sommes sortis des tests avec l’impression que ce vélo se pilotait comme un vélo normal, parmi les meilleurs de tous les 27+ essayés. Comment y êtes-vous arrivés?
C’était l’objectif depuis le début, dès qu’on a commencé ce projet. La clef était de créer une plateforme 27+, et non de prendre un 29 compatible avec des pneus plus larges. On avait beaucoup plus de marge pour optimiser la performance du vélo en considérant toutes les caractéristiques des grosses roues, par exemple avec le choix de la suspension qui tient compte de l’amortissement naturel des pneus. Ça s’est avéré très efficace; le Marshall a déjà convaincu bien des sceptiques sur les avantages du 27+.

Plusieurs continuent de dire que ce format est pour les débutants ou les riders moins agressifs. Êtes-vous de cet avis? Selon vous quel serait le pilote et le terrain parfait pour ce vélo?
Le Marshall a été conçu pour offrir plus de traction. Je dirais que ça plaira à ceux qui vivent avec les périodes de dégel, ce qui déclenchent les festivals de boue. Sinon dans les endroits très sablonneux, ou encore dans les sentiers infestés de racines quand on veut littéralement les survoler. L’angle du vélo offre plus de stabilité aux débutants tandis que les riders plus agressifs trouveront la position parfaite pour s’attaquer aux sections très techniques et aux gros dénivelés. Nous sommes convaincus que les plus expérimentés peuvent trouver leur bonheur sur ce type de vélo; il suffit de choisir le bon format de pneus. Et n’oublions pas les riders intermédiaires qui profiteront de la traction de ces grosses roues « qui pardonnent » plus facilement, leur permettant de rouler plus vite et mieux.

liens(s utile(s)